Archives de Tag: savon

Savon soleil?

Marre de ce temps de m… Bon, j’ai envie d’un savon couleur de soleil et odeur de soleil… Allez: 20% de coco, autant de palme rouge, son de riz, macadamia et coton. Dilution de la soude dans l’eau: tant que c’est chaud, j’ajoute un peu de soie et un sachet d’une tisane extraordinaire, la Krocus Kozanis  (safran, miel, orange et plantes). Bref, l’infusion tourne au rouge, j’ai bon espoir pour mon jaune-orangé! Une pointe de fragrance Lush-like Jungle, un jet d’HE de cardamome… Et pourquoi pas un léger marbrage noir, juste une traînée, comme ça, pour faire ressortir le orange? Bon… Encore une idée de dernière minute foireuse: j’ai fait trop de noir et la pâte, épaisse, s’est bien plus mélangée que je pensais et ça fait kaki. Pour l’instant. Attendons le démoulage, pour être sûr de ça…


Silky vanilla

Vous êtes là, à ne rien demander à personne, à vivre votre petite vie habituelle dans votre coin, et soudain, le facteur sonne. Une seule fois. C’est tellement rare que, évidemment, vous ne le laissez pas repartir des fois qu’il s’agirait d’une erreur. Ni sonner une seconde fois…  Bref, ce n’est pas une erreur. Le facteur me tend une petite enveloppe particulièrement gonflée et odorante. Qu’est-ce? Fébrile, j’ouvre (oui, j’ai reconnu l’adresse de Parfum, au-dessus de la mienne). Poudre de vanille et soie Tussa. Poudre de vanille et soie Tussa? Poudre de vanille et soie Tussa! Hé bah, et si je faisais un savon à la poudre de vanille et soie Tussa? Et avec un peu de crème d’avoine, parce qu’il m’en reste juste ce qu’il faut. Je rajoute quelques gouttes de différentes fragrances aussi, pour ne pas cacher la vanille mais la soutenir au cas où la soude la fasse disparaître… Bon, allez, je marbre poudre de vanille et cacao… Pour le marbrage et l’odeur, RDV demain, au démoulage! Là, je vais calculer mes impôts…


Vert menthe

Parfum m’a envoyé un savon à la menthe [pardon, Parfum, mais je le retrouve pas sur ton blog, pourtant, j’ai regardé les 125 archives – ouf!]. Bref, il est vert et blanc sent bon et fait froid sur la peau. D’habitude, un savon de Parfum me dure 15 jours. Là, en une semaine, y’en a plus. Pourquoi? Est-il mou, fondant? Non. Chéri l’utilise. Miracle! Tant et tant qu’il le termine. Du coup, un jour il me lance, comme ça: « T’as plus du vrai savon, là? » – sous-entendez, du savon de Parfum. Désolée, y’en a plus. Niet nada, rien. Bon, du savon, je sais en faire aussi [malgré ce qu’il dit]. Donc, je craque et achète des cristaux de menthe, vide la totalité du peu de chlorophylle qu’il me reste, ce qui me reste de la fragrance de menthe d’Ancolie, et roule! Soude diluée dans l’hydrolat de menthe, évidemment. Enfin… La question est: est-ce que ça sera vert? Psst… Toi, là-bas, je t’entends et tu te moques encore de mon incompétence en matière de savon vert, et c’est pas très gentil 😦 Résultat demain?


Idée farfelue?

Ça, le temps nous le dira… Donc, je n’étais pas satisfaite de la texture de mes marbrés à la cuillère, mais ils sont à base de yaourt [coco, son de riz et coton, dilution dans du jus de canne] et avec une de mes fragrances préférées [rhubarbe]. Je voulais aussi faire un fouetté, mais dans mon moule Café de savon, et, en bloc, ils sont impossibles à couper… Alors, je prépare une pâte coco-cacao-son de riz-coton, dilution dans l’eau de riz et fragrances camomille et feuille de tomate, fouetté, et je mélange le même volume de savon râpé. Je parie que l’odeur va être à tomber. Pour le look, je penche pour un aspect « pierre de mars »… Pour la facilité de découpe? Bah, ça, je vous dirai plus tard! 😀

Bon, j’adore le savon fouetté, ça se démoule en 3 ou 4 heures, c’est cool! Donc, j’ai tranché et… Et on dirait de la glace plombière! Il s’est très facilement découpé et flotte, même s’il est très dense. Ha oui! L’odeur est à tomber… Étrangement gourmande, mais follement addictive!

Alors? Ha non, ça, c’est le parasite que j’ai trouvé dans mon bleuet à midi… Je savais pas que ça attirait ce genre de bête, ces arbustes-là! Quelqu’un sait comment s’en débarrasser? Bon, je m’égare à causer jardinage, c’est un blog cosméto ici, diantre! [Z’avez vu comment j’aménage le suspens, comme ça, l’air de rien?] Bref: tada!


Marbrage à la cuillère…

Avez-vous encore besoin d’une bonne raison d’idolâtrer Kafée? Nan? Bon, en voilà une quand même: l’application de son dernier tuto de marbrage… « Ladies and gentelmen, let me introduce you the “marbrage à la cuillère” – bon, ok, ma formule est bancale, et j’ai dilué ma soude dans le jus de canne à sucre, ce qui l’a marronnassé [parfois, je pense vraiment à rien] et la texture est cassante, la saponification a mal tourné à un moment, mais bref, voilà »:

Tada! Et on dit merci ki? Merci Kafée [tous en chœur!]!!!


All right, children, let’s shake some dust!

Vous ne connaissez pas Carnivàle? Voici une excellente critique…

NOTHING HAPPENS WHITHOUT A REASON: ce savon n’aurait pas vu le jour sans le concours de Kafée sur son blog

 


Tout premier effet volcan

Enfin, le premier avec de la pâte à savon (j’en avais eu un avec la soude: impressionnant)… Bref: un jour nous discutions sur le forum des marbrures « naturelles » dans la pâte. Carton, je crois, tenait une piste du côté du beurre de cacao… Pis on a toutes découvert qu’il y avait forcément eu phase gel avant l’obtention de ces mystérieuses marbrures. Le problème étant de les provoquer volontairement (si « volontairement » peut exister avec la soude…). L’autre jour, avec mon plagiat II, j’ai cru tenir une piste… Bon sang mais c’est bien sûr! Quand il y a beaucoup de beurres, on travaille souvent en excès d’eau pour éviter une trace éclair… Hors donc, j’essaie de provoquer ce phénomène avec excès d’eau + phase gel, mais sans beurre. Le premier « semble » marcher, mais j’ai interrompu la phase gel par peur par ce que j’ai eu un début de fissure: résultat? Au lieu de belles marbrures, j’ai juste une grosse ligne comme transparente. Donc, ce soir, je veux essayer encore, avec ma base habituelle (4/4 coco-coton-macadamia-riz), du charbon et une fragrance Cola. Je couvre bien pour avoir une belle phase de gel et décide de tout abandonner pour une nuit. Sauf que. Je suis impatiente. Donc, au bout de 2 heures, je vais voir. Je soulève ma serviette. Le choc. La moitié de la pâte a fuit, carrément, et a réussi à s’infiltrer entre le film qui garnit le fond de mon moule et le moule! Incroyable! J’ai tout recouvert, je verrais demain. Pis je garderai les restes pour faire des inclusions! J’ai peut-être eu tort de le faire dans un moule étroit et haut, plutôt que dans un « en longueur »?


Savon plagiat

Bein ça y est, je recommence… Je plagie! Honteusement, mais avec respect. Ha! Et c’est encore la faute à Parfum. Oui, elle arrête pas de m’envoyer des liens, d’abord! Cette nuit, j’avais une petite insomnie, tranquille et elle en a profité pour m’envoyer ce lien. Premier réflexe? Acheter ce moule chez Soapsession pour pouvoir faire les mêmes savons! Deuxième réflexe: m’endormir avant de dégainer la carte bleue (ouais, en ce moment, c’est pas la joie de ce côté, m’enfin, c’est une autre histoire). Et au réveil, me voilà à râper trois savons, plus ou moins blancs, mais tous au délicieux parfum de lait. Ensuite, marché (rien à voir non plus, mais faut pas croire, j’ai une vraie vie aussi). En rentrant, je prépare un mélange de coco-riz-coton-macadamia (25% de chaque) et prépare un surgraissage au beurre de café avec un mélange de fragrances qui iront toutes avec le lait (chocolat apothecary-cafe moka-dulce de leche-amande) – j’hésite à y ajouter des épices, mais bon, je veux faire ressortir le lait, pas le masquer, alors je m’arrête! Pour la dilution, un délicieux thé noir aux amandes et une larme de sodium lactat… Hum… Allez, RDV demain pour voir si j’ai réussi ce plagiat, d’accord?


Premières tambouilles 2011

Premier savon de l’année? Oui, mais comment? Voyons… Avec de l’or! Enfin, du mica or… Et du kombucha! Parce que j’espère que 2011 portera bonheur à Ancolie… Et des fragrances de feuille de tomate et camomille (parce que je les aime) et de la poudre de perles fines (parce que ça me fait penser à Parfum, qui est en vacances)…  Des huiles de coco, macadamia, son de riz, coton et sésame… Une larme de sodium lactat. Verdict? Au démoulage, comme d’hab!

Et des baumes à lèvres avec le Céramiel… J’en mets 20%, 30% de beurre de sal et le reste en huile de prune (pour le parfum), oléïne de karité (pour réparer) et squalane (pour protéger)… Une goutte de vitamine E et une de miel. Bon. Je crois que le Céramiel et moi, on n’est pas fait l’un pour l’autre: réputé émulsifiant, pourtant, le miel semble suer… On verra demain aussi!


Savon au sel

Désolée pour la piteuse qualité de cette photo, mais il fait nuit tout le temps, et j’utilise la caméra de mon ordi… Bref, le savon est rose pâle (très) et… J’ai pas mis assez de sel! Dommage… Mais du coup, il mousse et sent super fort et bon! Il me plaît beaucoup, en tout cas! Mais à refaire avec le reste du sel, et, peut-être, un moule plus petit?