Archives de Tag: laine

Tombé des aiguilles

Inspirée par ce modèle Berroco [encore une fois], j’ai tricoté un col-bonnet. Lacet ouvert, c’est un tour du cou, lacet fermé, un bonnet… Et on peut aussi le monter sur la tête sans fermer le lacet quand on a beaucoup de cheveux, ça fait super joli! Bon, ok, moi, je ferme le lacet et je laisse dépasser ma queue de cheval…

 

Il est juste un poil petit – mais la laine se détendra à l’usage! C’est vraiment très très simple à faire, un tube avec juste quelques diminution un peu avant la fin… Mais ça prend plus de laine qu’un bonnet “normal”: il doit être plus long, pour bien englober toute la tête!


Publicités

Tombé des aiguilles

J’ai reçu, en tant que bénévole pour la Craftmafia de Montréal, un sac rempli de tout plein de cadeaux, dont un superbe écheveau de laine Sweet Paprika émeraude, teinte à la main et 100 % mérinos. J’en ai d’abord fait un bonnet torsadé pour bébé. Puis, un jouet. Puis, je suis revenue sur mon idée de bonnet. Et j’ai tricoté ce modèle, en 6 morceaux au lieu de quatre, parce que ma laine, prévue pour la dentelle, est particulièrement fine. C’est le genre de laine luxueuse que j’adore tricoter… Très agréable… J’aimerais tellement tester leur laine Arietta, mélange de soie et mérinos, si belle en English Ivy! Mais, d’autres projets attendent mes aiguilles!
À gauche, ma réalisation, à droite, l’original…


Biwil2, mi-cuit à l’érable

 

Le savon Biwill sera simplissime ou ne sera pas. Juste avec ce que j’ai dans le placard de ma cuisine [je suis installée depuis moins d’une semaine, c’est dire si y’a pas grand-chose]. Non? Si. Il me reste 120g d’huile de noix de coco vierge, alors, j’y ajouterais 280g d’huile d’olive. Bien. Quel liquide de dissolution? De l’eau… Y’a que de l’eau chez moi… Ou du thé. Nan, ça sera de l’eau. 150ml en tout. Le maximum. Pourquoi? Il n’y a rien dans mon placard sauf… 100g de sucre d’érable. Et vues les galères que provoque le miel en ce qui concerne le moulage, je préfère préparer mon coup. Oui, je vais mettre les 100g! J’en avais déjà fait au sirop d’érable, mais avec genre 2 ou 3 cuillères à soupe [l’odeur n’était pas restée du tout et là, je la veux, l’odeur].
Alors, comment faire? J’ai bien cherché à percer le mystère du savon à la mélasse des pionniers, mais c’est un secret jalousement gardé… Alors?
J’ai souvenir de déjà avoir utilisé le sucre pour un savon… Transparent! Y’a qu’à reprendre la technique!
Zou, je prélève deux cuillères à soupe d’eau pour dissoudre la moitié du sucre [je garde le reste pour la trace, dans l’idée que ça va aider pour le parfum] et j’ajoute 5g de kaolin.
Je fais mon savon à la pépère… Sauf que coco et olive, ça trace pas vite… Mais bon, on n’est pas pressés!
Là, bain-marie et ajout du sucre dilué… Mélange-mélange… Comme à mon habitude, aucune trace de l’aspect “miel”… Bof, ça cuit depuis une demie-heure, j’ajoute le reste de sucre… Ça fond doucement, ça sera pas exfoliant. Tant pis? Tant mieux? Tant mieux! J’aime moyen les exfoliants… C’est super liquide, par contre… Ah? Ça commence à sentir le caramel? Bon, hop! Je mets en moules… Alea iacta est!

Malheureusement, malgré une mousse indécente, une couleur érable magnifique et une texture d’une finesse incomparable, il ne sent rien. Qu’à cela ne tienne, récalé pour récalé, je vais… Le feutrer! J’avais vu ça sur Etsy.com, et ça me tentait tellement! Pour feutrer, il faut de la laine, du savon et du papier bulle: ça tombe bien, j’ai tout! J’emballe deux savons ensembles dans des morceaux de laine brute, je mouille à l’eau très chaude et je frotte sur le papier bulle. C’est fait en moins de 10 minutes, ça serait dommage de s’en priver! Le résultat est très chouette: gant et savon tout en un… 

Thomaëlle, tu veux le tester pour moi?


J’avais oublié…

… de vous montrer ça:
Mais kézako se demandent certain[e]s?
Un métier à tisser la laine! Si! C’est Suz’ qui me l’a offert, et je suis super contente! Z’imaginez même pas…
Bon, je tente de le monter correctement, de faire une écharpe, au moins une, et je vous en reparle…


Krazy Kiwi

Vous savez qu’on a bien failli passer à côté d’un drame? Je m’explique: je planifiais un colis pour Réo depuis un bout de temps [j’aurais pas dû écrire son nom, je vais encore la retrouver dans mes statistiques, grrr…] avec un p’tit truc en tricot parce que je voulais lui prouver que je suis une bonne mémé bien comme il faut [en tout cas, si je continue comme ça et qu’un jour, on a le droit à la retraite, je vais cartonner comme mémé!] et je voulais aussi faire un truc pour son ti’bout. Alors, j’ai fait un Krazy Kiwi avec une jolie laine bouclée couleur Kiwi et la laine fantaisie offerte par Crudité lors d’un échange. Mais voilà: Chéri voulait pas laisser partir ce kiwi-là. NON. Bon, au final, il est content quand même, parce que le kiwi a une nouvelle maison… Mais il m’a tellement e… avec ce kiwi, que je lui en ai fait un autre avec les chutes de l’écharpe de Golden Heart! Et celui-là, il a vraiment l’air d’être sous acide!


Masque pour les mains

Bon, une collègue a la peau du pouce qui se fendille… Allez, hop! Un masque anti-gerçure, même si je n’ai aucun ingrédient hyper adéquat comme l’huile de rose musquée, ou des HE plus ciblée [d’ailleurs, père Noël, si tu me lis, je crois que je mérite bien une petite bouteille d’HE d’hélichryse italienne, j’ai été bien sage cette année…]. Je regarde dans mes placards: pas mal quand même, j’ai un beau macérât de calendula offert par Ancolie et du beurre de karité… Allez, zou, aujourd’hui, je pèse!


25g macérât de calendula  

25g beurre de karité
4g acide stéarique
6g cire E

50g eau
4g lécithine de soja
1cc miel en poudre

1 cs lactate de sodium
1cc bicarbonate de soude
Extrait de goyave (1/2 cc)
HE: bois de hô, palmarosa, carotte, benjoin
Germal+, Vit.E

Primo, je fonds cire et huiles d’un côté, eau, miel en poudre et lécithine de l’autre. Quand tout est à bonne température, je fouette. Je laisse refroidir au congélateur. J’ajoute le lactate, je fouette encore. J’ajoute la goyave. Puis les HE, le conservateur. Et, enfin, le bicarbonate. Ça mousse! Jolie couleur jaune clair, texture aérienne, mais un poil grasse quand même… Alors, on s’en tartine les mains, on met des gants par-dessus, et on va au lit! Après une bonne nuit là-dessus, ça devrait déjà être moins sec…

Et, en parlant de gants… C’est plein de doigts, ces trucs-là, pas facile à tricoter, hein? En tout cas, j’ai pas encore essayé… En plus, les moufles, c’est bien plus chaud… Mais pas très pratique! Ma solution? Les pinces, comme les homards… Heu, motards! Mais avec de belles torsades au niveau du poignet pour bien tenir! Reste plus qu’à faire la main gauche, maintenant. Je suis partie du super modèle de mitaines Dashing de Cheryl Niamath… J’avais déjà tricoté la version féminine, Fetching, j’adore! Mais je les ai offertes et pas prises en photo, dommage! Si vous voulez vous y mettre, c’est facile: un week-end, cinq aiguilles à double pointe et environ 150m de laine, et ce patron en anglais, mais très facile à comprendre.